Le vote en fa­veur du Brexit bride l’ap­pé­tit pour les opé­ra­tions de fu­sion-ac­qui­si­tion, se­lon l’étude réa­li­sée par CMS et Mer­ger­mar­ket

CMS Eu­ro­pean M&A Out­look 2016

08/11/2016

  • 79% des personnes interrogées affirment que les opérations transfrontalières effectuées Europe par des acquéreurs non-européens augmenteront
  • 54% pensent que les actifs sous-évalués seront, pour les acheteurs, le principal moteur de fusions et acquisitions
  • 66% estiment que les fusions et acquisitions diminueront en Europe

Bruxelles – L’appétit pour les opérations de fusion-acquisition en Europe a été contrarié par la décision des Britanniques de quitter l’Union européenne, selon la quatrième édition de l’étude sur les perspectives du marché européen des fusions-acquisitions, publiée par CMS en collaboration avec Mergermarket.

Pour cette étude, les opinions de 230 dirigeants d’entreprises et de fonds de private equity en Europe ont été recueillies, avant et après le référendum britannique du 23 juin 2016.

Dans le sillage du vote en faveur du Brexit, 66 % des sondés ont indiqué s’attendre à un ralentissement du marché des fusions-acquisitions au cours des 12 mois à venir, contre seulement 18 % avant la tenue du référendum. En outre, alors que seulement 23 % des personnes interrogées avant le 23 juin 2016 se déclaraient moins optimistes qu’un an auparavant concernant le niveau de l’activité sur le marché européen des fusions-acquisitions, cette proportion a bondi à 90 % après le référendum.

Malgré la volatilité et l’incertitude suscitées, un optimisme prudent pourrait toutefois rester de mise. Comme le souligne Vincent Dirckx, avocat associé et responsable de la pratique Corporate/M&A au sein de CMS en Belgique : “L'instabilité politique en Europe, couplée à une augmentation des réglementations – notamment la législation en matière d’emploi - ont conduit à un marché européen de fusions-acquisitions plus challengeant. Nous pouvons cependant espérer des jours meilleurs : en effet, parmi les entreprises et les fonds de private equity qui envisagent des acquisitions, le niveau favorable des prix est perçu comme un facteur clé de motivation dans près de 90% des cas. L'étude reflète également une perspective positive provenant des acheteurs internationaux, avec davantage de fusions et acquisitions transfrontalières en Europe prévues pour l'année prochaine. Le secteur industriel et chimique (44%), suivi par les TMC (43%) et le secteur des biens de consommation (29%) sont envisagés comme les secteurs les plus actifs en matière de fusions et acquisitions au cours de l’année prochaine.”

De fait, les données de Mergermarket pour le troisième trimestre 2016 rendent compte uniquement d’un léger ralentissement des opérations de fusions-acquisitions au Royaume-Uni et en Europe.

L’une des retombées potentiellement favorables du Brexit du point de vue des acheteurs est son impact sur le prix des actifs. Post-Brexit, 54 % des sondés disent estimer que la sous-valorisation des cibles sera l’une des principales motivations d’achat, contre 39 % avant le référendum.

Les dirigeants interrogés s’attendent également à un accroissement des opérations transnationales en Europe de la part d’acteurs non européens tant en volume qu’en valeur à l’horizon des 12 prochains mois. Près de 80 % d’entre eux anticipent davantage d’opérations de fusions-acquisitions de la part d’acteurs non européens l’an prochain, tandis qu’ils sont 61 % à miser sur une augmentation de la valeur de ces opérations. Les acheteurs nord-américains et chinois en particulier chercheront à acquérir des actifs pour stimuler leur croissance à l’international.

Par ailleurs, la technologie pourrait constituer un catalyseur clé du marché des fusions-acquisitions dans une Europe post-Brexit : la grande majorité des sondés (80 %) affirme que la technologie ou la propriété intellectuelle sera l’aspect le plus important de leur prochaine cible dans le cadre d’une opération de fusion-acquisition.

Méthodologie
Au deuxième trimestre 2016, Mergermarket a interrogé les dirigeants de 170 entreprises et 60 fonds de private equity établis en Europe concernant leur sentiment vis-à-vis du marché européen des fusions-acquisitions pour les 12 mois à venir. Nous avons ensuite réinterrogé ces mêmes dirigeants dans le sillage du vote du Royaume-Uni en faveur de sa sortie de l’Union européenne en juillet et en août. Chacun des sondés avait été impliqué dans une opération de fusion-acquisition lors des deux années précédentes.

Publication
CMS European M&A Outlook 2016_FR
Téléchargez
PDF 194 kB

Avocats

La photo de Vincent Dirckx
Vincent Dirckx
Associé
Bruxelles
La photo de Stéphane Collin
Stéphane Collin
Associé
Bruxelles
Carl Leermakers
Associé
Bruxelles
La photo de Arnaud Van Oekel
Arnaud Van Oekel
Associé
Bruxelles
La photo de Cedric Guyot
Cedric Guyot
Associé
Bruxelles
La photo de Jean-François Goffin
Jean-François Goffin
Associé
Bruxelles
Afficher plus Afficher moins