Les opé­ra­tions de fu­sion-ac­qui­si­tion con­nais­sent un re­gain d’op­ti­misme en Eu­rope, se­lon une étude me­née par CMS et Mer­ger­mar­ket

Parmi les personnes interrogées :

  • 90 % s’attendent à une croissance du nombre de transactions de fusion-acquisition en Europe comprenant des acquéreurs hors Europe.
  • 67 % s’attendent à une augmentation des transactions de fusion-acquisition en Europe.
  • 54 % pensent que les sociétés possédant des liquidités seront derrière les acquisitions des investisseurs institutionnels (suivies des activités de consolidation).
  • 53% sont plus optimistes que l’année passée concernant les fusions-acquisitions en Eu-rope.

L’intérêt pour les opérations de fusion-acquisition en Europe est rapidement revenu après le résultat surprenant du vote en faveur du Brexit l’an dernier, selon la cinquième édition de l’étude sur les perspectives du marché européen des fusions-acquisitions, publiée par CMS en collaboration avec Mergermarket.

Dans le cadre de cette étude, l’opinion de 230 dirigeants d’entreprises et de fonds de private equity en Europe a été recueillie à propos du marché européen des fusions-acquisitions pour les 12 mois à venir.

Dans le sillage immédiat du vote en faveur du Brexit, l’étude menée l’année dernière a vu les sondés se déclarer peu optimistes sur l’activité des fusions-acquisitions européennes, 66 % des sondés ayant indiqué s’attendre à un ralentissement au cours de l’année à venir, alors que seu-lement 24 % tablaient sur une augmentation. Les dirigeants interrogés cette année se sont mon-trés plus confiants. Une grande majorité (67 %) anticipe une hausse du niveau de cette activité, tandis que seulement 5 % d’entre eux prévoient un ralentissement. Comme le souligne Vincent Dirckx, avocat associé et responsable de la pratique Corporate/M&A au sein de CMS en Bel-gique : « L’étude montre que, suite à une année 2016 agitée, l’optimisme quant au défi que re-présente le marché européen des fusions et acquisitions ne cesse de grandir, et ce particulière-ment en ce qui concerne les opérations de fusion-acquisition dans le domaine des TMT (d’une valeur de 34,3 milliards, rien que pour le premier semestre de 2017). Néanmoins, les fonds d’investissement public et privé sont tous deux conscients des risques encourus lors d’opérations de fusion-acquisition, aussi bien d’un point de vue règlementaire que d’un point de vue géopolitique. »

Les deal makers semblent s’adapter à une « nouvelle norme » dans le secteur européen des fusions-acquisitions. Selon Stefan Brunnschweiler, responsable de la pratique Corporate/M&A de CMS : « L’humeur des deal makers est sensiblement différente en 2017. Les sondés sont pour la plupart optimistes quant aux perspectives des opérations de fusion-acquisition pour les 12 mois à venir, même s’ils restent conscients des défis qu’ils doivent relever. Plusieurs d’entre eux ont indiqué être prêts à tirer parti des opportunités engendrées par les bouleversements liés au Brexit et par un redressement de la croissance économique dans la zone euro ».

De fait, les opérations de fusion-acquisition en Europe montrent quelques signes de stabilisation. Selon les données de Mergermarket, la valeur des opérations de fusion-acquisition au premier semestre 2017 a bondi par rapport à la même période de l’année précédente, affichant une hausse de 33 % pour atteindre 443 milliards d’euros.
Kathleen Van Aerden, responsable de la recherche EMEA de Mergermarket déclare : « Les opérations de fusion-acquisition européennes montrent des signes positifs de reprise au cours du premier semestre 2017 et cette dynamique se poursuit tout au long de l’année. Les 246 milliards d’euros enregistrés au cours du deuxième trimestre 2017 représentent une hausse de 25 % par rapport au premier trimestre et une valeur supérieure à celle de chaque trimestre de 2016. »

Selon l'étude, la part des grandes opérations de restructurations devrait augmenter. Conformément à la hausse du nombre d’opérations plus importantes – supérieures à 1 milliard d’euros – affichée au premier semestre 2017, deux entreprises sur cinq et près de la moitié des fonds de private equity recherchent des opérations de restructurations de grande envergure.

Les dirigeants interrogés pensent également que les conditions de financement en Europe sont favorables et qu’elles permettront de stimuler les opérations pour l’année à venir. Une très grande majorité des sondés (88 %) prévoit des conditions similaires ou plus favorables pour les 12 mois à venir.

Les acheteurs internationaux suivent le marché européen avec intérêt, comme en témoignent quatre des dix plus grandes opérations européennes réalisées par des acheteurs localisés en dehors de l’Union européenne au cours du premier semestre 2017. Les personnes interrogées s’attendent à ce que cette tendance se poursuive, 90 % d’entre elles anticipant une hausse du nombre d’opérations de fusion-acquisition européennes réalisées par des acheteurs non européens et 60 % des sondés misant sur une augmentation du montant global dans les 12 prochains mois.

Ce regain d’optimisme envers les opérations de fusion-acquisitions sur le continent semble être sur le point de produire ses effets sur le marché. 66 % des dirigeants interrogés cette année s’attendent à réaliser des opérations de fusion-acquisition, notamment des acquisitions, des cessions voire les deux au cours de l’année à venir, contre 46 % l’an dernier.

Méthodologie

Au deuxième trimestre 2017, Mergermarket a interrogé les dirigeants de 170 entreprises et 60 fonds de private equity établis en Europe concernant leur sentiment vis-à-vis du marché européen des fusions-acquisitions pour les 12 mois à venir.
Tous les sondés ont été impliqués dans une opération de fusion-acquisition au cours des deux années précédentes. Toutes les réponses sont anonymes et les résultats présentés sont agrégés.

Publication
Communiqué de presse - European MA Outlook - FR
Téléchargez
PDF 58 kB