Home / Expertises / Droit du patrimoine / Conflits patrimoniaux

Conflits patrimoniaux

France

Résoudre les contentieux patrimoniaux nécessite rigueur technique, capacités d’écoute, d’analyse et de négociation, ainsi qu’une forte ténacité. Depuis plusieurs années, notre équipe cultive ces valeurs pour accompagner ses clients pour le règlement de divorces et de successions conflictuelles.

Une expérience significative en contentieux patrimonial

Notre équipe d'avocats en droit du patrimoine représente une clientèle de particuliers dans le cadre de contentieux patrimoniaux :

  • contentieux fiscaux en droits d’enregistrement (proposition de rectification en matière de droits de donation ou de droits de succession et ses suites) ; 
  • contentieux civils relatifs à des successions litigieuses et des divorces (demande en partage, rapport de donation, actions en réduction de libéralités excessives, recel de communauté ou de succession, contestation de testament, etc..).

Un accompagnement dans toutes les phases du dossier

Notre compétence reconnue en matière de liquidation civile de régime matrimonial et de succession associée à notre qualité d’écoute nous permet d’analyser en profondeur les situations juridiques en cause et de proposer des solutions conformes aux intérêts de nos clients. Forts de notre expérience en matière de négociation, nous nous attachons à favoriser la recherche de solutions amiables. Quand cela s’avère nécessaire, nous représentons nos clients devant les tribunaux civils avec énergie et force de conviction, en coordination avec notre équipe judiciaire.

Lire la suite Moins
20/12/2018
Droit pa­tri­mo­nial in­ter­na­tio­nal : du nou­veau pour les couples
Le 29 jan­vier 2019, entrent en ap­pli­ca­tion deux rè­gle­ments eu­ro­péens, l’un pour le ré­gime ma­tri­mo­nial et l’autre pour le par­te­na­riat en­re­gis­tré, qui mo­di­fient le droit in­ter­na­tio­nal privé des 18 Etats membres par­ti­ci­pants, dont la France. Pour tous ces Etats, la loi ap­pli­cable au ré­gime ma­tri­mo­nial est en prin­cipe celle de l’Etat de la pre­mière ré­si­dence com­mune après le ma­riage. Mais les couples peu­vent choi­sir une autre loi, ce choix étant en­ca­dré.Des règles de droit in­ter­na­tio­nal privé iden­tiques pour 18 Etats membres de l’Union eu­ro­péenne18 Etats sur les 28 com­po­sant l’Union eu­ro­péenne ont dé­sor­mais, à comp­ter du 29 jan­vier 2019, les mêmes cri­tères de dé­ter­mi­na­tion de la loi ap­pli­cable aux re­la­tions pa­tri­mo­niales au sein des couples (rè­gle­ment n° 2016/1103 pour les couples ma­riés et rè­gle­ment n° 2016/1104 pour les ef­fets pa­tri­mo­niaux des par­te­na­riats en­re­gis­trés).Ces rè­gle­ments évi­tent les con­flits de lois et de ju­ri­dic­tions entre les 18 Etats membres. Ils per­met­tent éga­le­ment de sé­cu­ri­ser les ques­tions d’ad­mi­nis­tra­tion et de par­tage des biens des couples « in­ter­na­tio­naux », c’est-à-dire les couples qui ont des biens si­tués dans plu­sieurs Etats ou qui chan­gent d’Etat de ré­si­dence.Ces rè­gle­ments ne mo­di­fient pas le droit in­terne des Etats membres. Ainsi, pour la France, le ré­gime pri­maire du ma­riage qui fixe les droits et de­voirs des époux, les règles ap­pli­cables au ré­gime lé­gal de la com­mu­nauté ré­duite aux ac­quêts et aux ré­gimes con­ven­tion­nels (tels que la com­mu­nauté uni­ver­selle, la sé­pa­ra­tion de biens avec ou sans so­ciété d’ac­quêts) res­tent in­chan­gées.Il­lus­tra­tionUn couple, franco-al­le­mand qui se ma­rie en mars 2019, sans con­trat ni choix de loi et s’éta­blit en Al­le­magne après le ma­riage est sou­mis au ré­gime lé­gal al­le­mand de type « par­ti­ci­pa­tion aux ac­quêts » en ap­pli­ca­tion du rè­gle­ment n° 2016/1103 dont la France et l’Al­le­magne sont membres par­ti­ci­pants. Si ce couple change d’Etat de ré­si­dence et vient s’éta­blir en France, ce chan­ge­ment sera sans in­ci­dence sur leur ré­gime ma­tri­mo­nial, ce qui n’était pas tou­jours le cas au­pa­ra­vant. S’ils sou­hai­tent mo­di­fier leur ré­gime ma­tri­mo­nial en dé­sig­nant la loi fran­çaise, ils pour­ront va­la­ble­ment le faire à tout mo­ment au cours du ma­riage, l’un des époux étant un na­tio­nal fran­çais. Le ré­gime ma­tri­mo­nial fran­çais s’ap­pli­quera alors pour l’ave­nir sauf vo­lonté con­traire des époux.A qui ces rè­gle­ments s’ap­pli­quent-ils ?Le rè­gle­ment en ma­tière de ré­gime ma­tri­mo­nial s’ap­plique non seule­ment aux couples ma­riés après le 29 jan­vier 2019 mais aussi à ceux an­té­rieu­re­ment ma­riés qui chan­gent de ré­gime ma­tri­mo­nial à comp­ter de cette date.Pour les par­te­naires, le rè­gle­ment s’ap­plique à ceux qui ont con­clu un par­te­na­riat en­re­gis­tré après le 29 jan­vier 2019 ou qui dé­sig­nent la loi ap­pli­cable à leur par­te­na­riat après cette date. Pour la France, il s’agit du PACS (pacte ci­vil de so­li­da­rité).Des règles à ar­ti­cu­ler avec celles en ma­tière de suc­ces­sion et de di­vorceAvec ces rè­gle­ments, l’union eu­ro­péenne pour­suit son tra­vail d’uni­for­mi­sa­tion des règles de droit in­ter­na­tio­nal privé en ma­tière pa­tri­mo­niale pour ré­pondre aux pro­blé­ma­tiques po­sées par la mo­bi­lité des per­sonnes et des biens avec en par­ti­cu­lier le rè­gle­ment n° 650/2012 « Suc­ces­sions » en­tré en ap­pli­ca­tion le 17 août 2015. Ces rè­gle­ments au­to­ri­sent le choix de la loi ap­pli­cable. Il est ainsi pos­sible de sou­mettre aux lois d’un même Etat, no­tam­ment ce­lui de sa na­tio­na­lité, à la fois son ré­gime ma­tri­mo­nial et sa suc­ces­sion. Ceci per­met de sim­pli­fier et de sé­cu­ri­ser le rè­gle­ment des suc­ces­sions car les pro­blé­ma­tiques suc­ces­so­rales et ma­tri­mo­niales sont liées. À dé­faut de choix de lois, les cri­tères de dé­ter­mi­na­tion des lois ap­pli­cables étant dif­fé­rents en ma­tière de ré­gime ma­tri­mo­nial et de suc­ces­sion, il existe un risque que ces ma­tières soient ré­gies par les lois d’Etats dif­fé­rents, ce qui se­rait source de pro­bables dif­fi­cul­tés lors du dé­cès.En cas de di­vorce, le risque qu’il ne soit pas ré­glé en ap­pli­ca­tion des lois d’un même Etat est élevé. En ef­fet, les cri­tères de dé­ter­mi­na­tion de la loi ap­pli­cable sont dif­fé­rents se­lon que les pro­blé­ma­tiques in­té­res­sent les causes du di­vorce, les me­sures pro­vi­soires, l’au­to­rité pa­ren­tale ou les pres­ta­tions com­pen­sa­toires. Ici éga­le­ment, il est pos­sible pour les couples de choi­sir à l’avance la loi ap­pli­cable aux causes du di­vorce et de la faire con­cor­der avec la loi ap­pli­cable à leur ré­gime ma­tri­mo­nial.Té­lé­char­gez notre bro­chure dé­diée com­por­tant des il­lus­tra­tions ci-des­sous.
Nos avo­cats en droit du pa­tri­moine
Dé­cou­vrez notre équipe ex­perte en droit du pa­tri­moine

Flux

Montrer seulement
26/06/2020
Un trust peut réa­li­ser une do­na­tion in­di­recte
Nos avo­cats font le point sur le ju­ge­ment la Cour de cas­sa­tion dans le cas d’un trust ca­na­dien mis en place du vi­vant du cons­ti­tuant du trust.
10/06/2020
En cas de di­vorce, quel coût fis­cal pour le par­tage des biens du couple...
Notre ca­bi­net d'avo­cats ré­ca­pi­tule les coûts fis­caux pour le par­tage des biens du couple lors d'un di­vorce.
31/07/2019
Le don ma­nuel à un en­fant
Dé­cou­vrez l'ar­ticle "Le don ma­nuel à un en­fant, une bonne idée pour ache­ter avec lui un bien im­mo­bi­lier en dé­mem­bre­ment ?" de notre ca­bi­net d'avo­cats
29/05/2019
Trans­mis­sion uni­ver­selle de pa­tri­moine et opé­ra­tions de fu­sions-ac­qui­si­tions
Pa­ru­tion de l'ar­ticle "Trans­mis­sion uni­ver­selle de pa­tri­moine : amorce d’une évo­lu­tion de la Cour de cas­sa­tion ?" de notre ca­bi­net d'avo­cats
17/05/2019
Chan­ge­ment de bé­né­fi­ciaire d’un con­trat d’as­su­rance-vie
Dé­cou­vrez notre ana­lyse de la dé­ci­sion de la Cour de cas­sa­tion va­li­dant la mo­di­fi­ca­tion d’une dé­sig­na­tion de bé­né­fi­ciaires de con­trats d’as­su­rance-vie.