Home / Actualités / Publication de l'European M&A Outlook - édition...

Publication de l'European M&A Outlook - édition 2019

Perspectives 2019 du marché européen des fusions-acquisitions

18/09/2019

En 2019, les dirigeants européens du secteur des fusions-acquisitions se montrent prudents

La faiblesse des indicateurs économiques, les incertitudes entourant le Brexit et la montée du protectionnisme à l’échelle internationale expliquent en partie la dégradation de l’optimisme qui régnait auparavant au sein de la communauté des fusions-acquisitions et le léger ralentissement de l’activité, comme le constate la septième édition de l’étude sur les perspectives du marché européen des fusions-acquisitions, publiée par CMS en collaboration avec Mergermarket.

Le rapport fournit une analyse complète du climat envers les opérations de fusions-acquisitions sur le marché européen. Il rassemble les projections de 230 dirigeants d’entreprises et de fonds de Private Equity en Europe sur l’évolution de l’activité de fusions-acquisitions pour l’année à venir.

Au cours des douze derniers mois, la valeur du marché européen des fusions-acquisitions a chuté de 22 % en glissement annuel pour s’établir à 652,2 milliards d’euros. Plusieurs opérations ont été avortées, à l’instar des projets de fusion abandonnés entre Deutsche Bank et Commerzbank en Allemagne, entre Asda et Sainsbury’s au Royaume-Uni, ou encore entre le fabricant de trains français Alstom et la division ferroviaire du conglomérat allemand Siemens.

Le ralentissement de l’activité des fusions-acquisitions, conjugué aux inquiétudes entourant l’économie et le marché, a fortement ébranlé les professionnels du secteur. Et les dirigeants craignent que ce climat continue à se dégrader, près de la moitié des sondés (45 %) déclarant ne pas du tout envisager de procéder à des opérations de fusion-acquisition, contre 28 % l’an dernier. Par ailleurs, 73 % des personnes interrogées s’attendent à ce que l’activité en matière de fusions-acquisitions en Europe faiblisse ou du moins n’augmente pas au cours des douze prochains mois.

Si les perspectives du marché des fusions-acquisitions sont globalement défavorables, les dirigeants tablent en revanche sur un regain d’activité des opérations portant sur des entreprises en difficulté et des restructurations, du fait de la détérioration attendue de la situation économique au cours de l’année à venir. Les sondés misent quasiment tous (95 %) sur une hausse de l’activité des fusions-acquisitions d’entreprises en difficulté et ils sont 94 % à penser que le nombre de restructurations va augmenter.

Comme le souligne Stefan Brunnschweiler, Global Head du groupe de pratique Corporate/M&A de CMS : « Les entreprises et les sociétés de Private Equity font preuve d’une plus grande prudence, ce qui tend à réduire le nombre d’opérations de très grande envergure. Il faudra en outre plus de temps pour réaliser des transactions, car les acheteurs s’attarderont davantage sur les processus de due diligence.

En dépit du climat d’incertitude qui entoure la situation géopolitique et qui règne sur les marchés, le secteur du M&A recèle encore de nombreuses opportunités. Les fusions-acquisitions d’entreprises en difficulté devraient gagner du terrain, et les technologies émergentes ainsi que le domaine de la propriété intellectuelle offrent des possibilités de placement intéressantes ».

Même si le marché n’est pas des plus dynamiques, les investisseurs restent désireux de saisir les opportunités qui se présenteraient à eux. Virginia Garcia Martinez, Transactions Editor, EMEA, chez Mergermarket, ajoute : « Les acquéreurs se montrent de plus en plus sélectifs à l’égard de leurs opérations. Ils favorisent en effet les secteurs qui se développent rapidement et offrent un potentiel de croissance tout en apportant une certaine protection contre les risques de baisse. À titre d’exemple, sur les dix plus importantes opérations réalisées au premier semestre 2019, deux ont eu lieu dans le secteur résilient de la pharmacie, de la médecine et des biotechnologies et trois ont concerné le secteur très prisé des technologies, médias et télécommunications, avec notamment le rachat d’UPC Switzerland par Sunrise Communications auprès de Liberty Global pour un montant de 5,5 milliards d’euros ».

Pour Jean-Robert Bousquet, associé et co-Head de l'équipe Corporate/M&A de CMS Francis Lefebvre Avocats, « cette tendance baissière se confirme dans une moindre mesure sur les opérations en France où l'on observe une baisse en volume (-9 %), mais une augmentation de la valeur globale des transactions (+12 %), avec une dynamique forte dans certains secteurs ».

Autres constatations clés de l’étude :

  • 72 % des sondés estiment que les conditions de financement vont se durcir dans l’année à venir, alors qu’ils n’étaient que 24 % à le penser l’an dernier ;
  • la plupart des répondants (57 %) s’attendent toujours à ce que le nombre d’opérations transnationales augmente durant les douze prochains mois, bien qu’ils soient moins nombreux qu’en 2018 (92 %). En revanche, seuls 20 % des personnes interrogées prévoient une hausse de la valeur totale de ces opérations (contre 64 % auparavant) ;
  • Le Private Equity devrait jouer un rôle croissant en tant que source de capital au cours de l’année à venir. 53 % des sondés s’attendent par ailleurs à devoir puiser dans leur bilan pour financer les transactions de fusions-acquisitions.

Méthodologie

Au deuxième trimestre 2019, Mergermarket a interrogé les dirigeants de 170 entreprises et 60 fonds de Private Equity établis en Europe concernant leurs projections vis-à-vis du marché européen des fusions-acquisitions pour les 12 mois à venir. Tous les sondés ont été impliqués dans une opération de fusion-acquisition au cours des deux années précédentes. Toutes les réponses sont anonymes et les résultats sont présentés dans leur ensemble.

Téléchargez notre étude en cliquant ci-dessous.

Publication
CMS European M&A Outlook 2019
Téléchargez
PDF 3 MB