Home / Expertises / Clientèle Privée / Protection des personnes vulnérables

Protection des personnes vulnérables

Monaco

L’allongement significatif de la durée de vie des personnes accroît d’autant la probabilité que des majeurs se trouvent dans l’incapacité de pourvoir efficacement à leur protection et à celle de leurs biens.

C’est en ce sens que notre cabinet propose, par des dispositions efficaces, un accompagnement aux personnes pour que, dans la mesure de leur besoin, elles puissent bénéficier de l’accompagnement nécessaire, voire d’une protection juridique.

Dès lors, administration légale, tutelle des mineurs, régimes de protection des majeurs, sauvegarde de justice, curatelle et tutelle, sont autant de mesures de protection des personnes vulnérables faisant également partie de notre domaine d’expertise.

Notre équipe envisage de façon spécifique chaque régime de protection et étudie l’impact de la mesure sur les biens de la personne vulnérable. Au-delà des difficultés d'interprétation nées de ces évolutions multiples, notre équipe apporte des réponses concrètes aux clients confrontés à l'application des procédures tutélaires.

Lire la suite Moins

Flux

18/09/2019
Com­ment pro­té­ger les per­sonnes vul­né­rables ré­si­dant à Mo­naco ?
Lieu: MO­NA­COA­dresse : Club des Ré­si­dents Etran­gers de Mo­naco                  Ré­si­dence Le Mi­ra­beau                  1, Ave­nue Prin­cesse Grace                  Mo­na­cohttp://www.club-re­si­dents-etran­gers-mo­naco.com/La...
02/07/2019
La pro­tec­tion des ma­jeurs vul­né­rables à Mo­naco
Au­jourd’hui, la ques­tion de la pro­tec­tion ju­ri­dique des ma­jeurs vul­né­rables af­fecte de fa­çon prég­nante la vie d’un nombre crois­sant de per­sonnes en si­tua­tion de fra­gi­lité, de leurs fa­milles ainsi...
02/09/2016
L’ex­clu­sion de l’ad­mi­nis­tra­tion lé­gale des biens lé­gués ou don­nés aux mi­neurs
L’ad­mi­nis­tra­tion des biens des en­fants mi­neurs est gé­né­ra­le­ment con­fiée par la loi aux pa­rents. Il s’agit de l’ad­mi­nis­tra­tion dite lé­gale des biens d’un mi­neur. Ce prin­cipe con­naît ce­pen­dant...