Home / Avocats / Emeline Elbaz-Mondeux

Emeline Elbaz-Mondeux

Senior Associate

CMS
Villa des Cigognes
17 rue Louis Aureglia
BP 450
98012 Monaco Cedex
Monaco
Langues Français, Anglais

Emeline Elbaz-Mondeux est Senior Associate au sein de l'équipe Affaires.

Avec une expérience de plus d'une vingtaine d'années, Emeline dispose d'une forte expertise en matière de droit des sociétés, droit commercial et droit des affaires, et intervient, aussi bien en conseil qu'en contentieux, pour le compte d'entreprises et de dirigeants. Dans le cadre de sa pratique, elle est amenée à traiter de problématiques tant en droit monégasque qu’en droit international privé.

Avant de rejoindre CMS en 2019, elle a exercé au sein d’un autre cabinet d’Avocat-Défenseur en Principauté de Monaco en qualité de Juriste Senior et de Chef de Bureau pendant 10 ans. Auparavant, elle a également exercé en qualité d’Avocat libéral en France, en cabinet indépendant, pendant 11 années.

Plus Moins

Formation

•    Barreau de Nice (1997)
•    DEA en Droit Economique et des Affaires, Université de Nice (1995)
•    DESS en Droit et Fiscalité de l’Entreprise, Institut de Droit des Affaires - Université d’Aix Marseille III (1994)
•    DJCE, Institut de Droit des Affaires - Université d’Aix Marseille III (1994)
•    Magistère de Droit des Affaires, Fiscalité et Comptabilité, Institut de Droit des Affaires, Université d’Aix Marseille III (1994)
 

Plus Moins

Flux

Montrer seulement
19/05/2020
CO­VID-19 | Ac­tua­li­tés Droit des So­cié­tés et Droit des Con­trats
La loi n°1.488 a été pu­bliée au Jour­nal de Mo­naco. Elle rè­gle­mente cer­taines sanc­tions con­trac­tuelles en cas d’inexé­cu­tion, as­sou­plit les mo­da­li­tés de réu­nion et de con­vo­ca­tion des or­ganes so­ciaux et con­tient des dis­po­si­tions spé­ci­fiques re­la­tives à l’ap
24/04/2020
CO­VID-19 et So­cié­tés | As­sem­blée gé­né­rale et con­fi­ne­ment
Compte tenu de la si­tua­tion sa­ni­taire ac­tuelle, les mo­da­li­tés con­crètes du dé­con­fi­ne­ment ap­pa­rais­sent tou­jours in­cer­taines. Dans la me­sure où cer­taines so­cié­tés pour­raient avoir be­soin de con­vo­quer une as­sem­blée gé­né­rale ou un con­seil d’ad­mi­nis­tra­tion dan