Home / Publications / L’imprévision : une arme efficace pour renégocier...

L’imprévision : une arme efficace pour renégocier les opérations de fusion-acquisition ?

article 1195 du Code civil

22/10/2020

En raison de la pandémie de Covid-19, de nombreuses opérations de fusion-acquisition ont été reportées, voire annulées, depuis le début de l’année 2020. L’article 1195 du Code civil, qui érige l’imprévision en mécanisme légal de révision ou de résolution contractuelle, semble être un fondement envisagé par beaucoup pour engager des négociations. Stratégie prometteuse ou vouée à l’échec ?

Tout contrat conclu ou renouvelé à compter du 1er octobre 2016 peut, en principe, faire l’objet d’une renégociation, voire d’une résolution, pour cause d’imprévision. En effet, l’article 1195 du Code civil permet d’initier des négociations dès lors qu’«un changement de circonstances imprévisible lors de la conclusion du contrat rend l’exécution excessivement onéreuse pour une partie qui n’avait pas accepté d’en assumer le risque» et que son application n’a pas été contractuellement exclue. Ces négociations peuvent, selon les cas, donner lieu à l’adaptation ou la résolution (amiable ou judiciaire) du contrat.

Il est aujourd’hui incontestable que la pandémie de Covid-19 a engendré un changement général et durable du contexte économique, politique et sanitaire qui affecte fortement le monde des affaires et les opérations de fusion-acquisition.

Renégociation de contrat, quand invoquer l’imprévision «de droit» ?

Ce seul changement de contexte général ayant pour cause la pandémie, les mesures gouvernementales imposant une certaine distanciation sociale, le ralentissement mondial de l’économie, etc., peut-il permettre d’invoquer l’imprévision «de droit» et obliger à renégocier un contrat tel qu’un share purchase agreement ou un asset purchase agreement ?

Pour qu’une telle argumentation puisse prospérer, il faudra à tout le moins démontrer que :

  • ce changement de circonstances, extérieur aux parties, a été postérieur à la date de conclusion du contrat et a modifié sensiblement l’environnement dans lequel le contrat s’inscrit ;
  • l’exécution du contrat est devenue «excessivement onéreuse» pour la partie qui invoque l’imprévision, étant entendu que nombre d’acteurs économiques vont soutenir que cette onérosité peut aussi bien résulter d’une augmentation du coût de la prestation que de la diminution de la valeur de la contrepartie ;
  • le débiteur de l’obligation devenue excessivement onéreuse n’a jamais accepté d’assumer un tel risque en vertu de ses engagements contractuels au titre de la documentation contractuelle relative à l’opération de fusion-acquisition.

L‘imprévision «de droit», une solution de renégociation supplémentaire

Si les conditions nécessaires à l’application de l’article 1195 du Code civil sont réunies, l’imprévision «de droit» pourrait constituer un bon point de départ pour renégocier certaines opérations de fusion-acquisition. Ainsi, l’imprévision viendra opportunément compléter la palette des solutions contractuelles habituellement utilisées par les équipes de fusion-acquisition dans le cadre de leur négociation post-signing, au rang desquelles se trouvent les «MAC clauses» qui permettent d’anticiper les changements affectant la situation de la société-cible mais pas les changements plus généraux affectant le contexte global dans lequel s’inscrit l’opération envisagée.

Au vu de la crise actuelle et de l’incertitude engendrée par la pandémie de Covid-19, il est permis de penser que les acteurs économiques auront tout intérêt à privilégier la poursuite de leurs activités et la renégociation amiable de leurs contrats, y compris sur le fondement de l’article 1195 du Code civil, plutôt que de s’affronter stérilement et de laisser ces questions à la libre appréciation des juges. 

Article paru dans la Lettre des fusions-acquisitions et du Private Equity d'octobre 2020 le 12/10/2020 Option Finance


En savoir plus sur notre cabinet d'avocats :

Notre cabinet d'avocats est l’un des principaux cabinets d’avocats d’affaires internationaux. Notre enracinement local, notre positionnement unique et notre expertise reconnue nous permettent de fournir des solutions innovantes et à haute valeur ajoutée dans tous les domaines du droit.

cabinet avocats CMS en France

Notre cabinet d'avocats à Paris

actualité droit commercial 330x220

Actualité du droit commercial

nous contacter 330x220

Nous contacter

Auteurs

La photo de Aliénor Fèvre
Aliénor Fevre
Avocat
Paris