Home / Actualités / Intérêt de retard à taux réduit pour la régularisation...

Intérêt de retard à taux réduit pour la régularisation des erreurs commises de bonne foi

Mode d’emploi

01/11/2019

L’administration vient de préciser (BOI-DAE-20) les conditions d’application de l’intérêt de retard à taux réduit de moitié pour les contribuables régularisant spontanément une erreur commise de bonne foi (CGI, art. 1727 V issu de la loi « Essoc »).

Seule est concernée la rectification d’une erreur affectant une déclaration initiale souscrite dans les délais légaux, ce qui pourrait exclure du bénéfice de la mesure la souscription hors délai d’une déclaration initiale au titre d’une imposition à laquelle un contribuable de bonne foi pensait jusqu’alors échapper (au titre par exemple d’une exonération).

Lorsque les trois conditions légales sont réunies (spontanéité de la régularisation, erreur commise de bonne foi et souscription d’une déclaration rectificative accompagnée du paiement ou d’un paiement agréé par le comptable public), l’intérêt de retard est automatiquement réduit de 50 % sans qu’il soit nécessaire d’en faire la demande.

L’administration fournit une liste indicative des actes dans le prolongement desquels la régularisation ne sera pas considérée comme effectuée spontanément : mise en demeure, avis de vérification, proposition de rectification ou demande d’éclaircissement, de justification ou de renseignements. L’éligibilité de certaines situations courantes aurait également mérité d’être confirmée comme, par exemple, la régularisation d’une déclaration déjà souscrite mais non vérifiée au titre d’une insuffisance relevant d’une erreur de même nature mise en évidence dans le cadre d’un contrôle. 

Le BOFIP indique que le contribuable est présumé de bonne foi au titre de l’erreur qu’il régularise mais précise que l’atténuation sera refusée si l’administration établit que ce manquement a été commis de manière délibérée.

Figure enfin dans ce commentaire l’indispensable précision suivant laquelle il ne sera pas fait application des majorations pour paiement tardif (5 % ou 10 % selon les impôts) aux droits bénéficiant de cette atténuation d’intérêt de retard. Sans cette dispense, dont bénéficient les droits résultant d’un contrôle, l’une des mesures phare du « droit à l’erreur » en matière fiscale n’aurait eu aucun sens.

L'actualité fiscale en bref parue dans le magazine Option Finance le 21 octobre 2019


En savoir plus sur notre cabinet d’avocats :

Notre cabinet d'avocats est l’un des principaux cabinets d’avocats d’affaires internationaux. Son enracinement local, son positionnement unique et son expertise reconnue lui permettent de fournir des solutions innovantes et à haute valeur ajoutée dans tous les domaines du droit.

cabinet avocats CMS en France

A propos de notre cabinet d'avocats

actualité droit fiscal 330x220

Toute l'actualité fiscale analysée

nous contacter 330x220

Nous contacter

Avocats

Elisabeth Ashworth
Elisabeth Ashworth
Associée
Paris