Home / Actualités / Private equity en allemagne

Private equity en allemagne

Tendances et perspectives d’un marché évolutif

21/01/2020

Jusqu’à la fin de l’année 2019, le marché du private equity en Allemagne est resté très actif, mais la confiance à l’égard des fonds semble avoir légèrement diminuée en raison du contexte économique mondial et européen.

Les fonds de private equity qui interviennent sur le marché allemand se voient toujours principalement du côté acheteur pour les prochains mois mais presque la moitié d’entre eux se projettent côté vendeur ce qui laisse penser que les valorisations resteront élevées en dépit d’un ralentissement de l’activité. 2019 devrait être une très bonne année, en particulier sur le segment du mid-market avec plus de 6 milliards d'euros de capitaux investis au premier semestre 2019 après deux années record en 2017 et 2018.

Les acteurs du marché se demandent toutefois comment les cibles seront originées. Le nombre d’opérations secondaires et tertiaires devrait vraisemblablement continuer d’augmenter alors que les spin-off de conglomérats devraient se maintenir à leurs niveaux actuels, c’est-à-dire à un niveau relativement faible. Tous les acteurs ne sont pas convaincus du fait que les cessions d’un fonds à un autre aident les cibles à croître et à se développer. Les investisseurs se concentreront donc probablement davantage sur l’excellence opérationnelle que sur l’ingénierie financière. Un nombre croissant d'investisseurs poursuivent une stratégie de buy-and-build et créent ainsi de la valeur non seulement en termes de taille mais aussi en termes d'arbitrages multiples.

Pour la première fois depuis la crise financière de 2007/2008, les fonds allemands de Private Equity connaissent une baisse des valorisations après des années de hausse constante des prix d'achat. La baisse des valorisations pourrait alimenter davantage d’opérations. Alors que les fonds de private equity ne devraient pas avoir de difficultés pour financer des prix d’achat toujours plus élevés grâce notamment au recours à la dette externe (que ce soit auprès de banques, de fonds de dette ou d’autres fournisseurs de crédit, les parts de financement en equity restant stables à des niveaux plutôt modérés), le succès futur d’un investissement, qui dépend principalement du prix atteint à la sortie, risque de devenir de plus en plus difficile. Les attentes en termes de multiples et de TRI devront s’en accommoder.

Du côté de la dette, les fonds de dette sont devenus des acteurs bien installés sur le marché allemand, principalement en raison de conditions agressives et favorables aux emprunteurs qu’ils proposent et que les banques ne peuvent souvent pas égaler. Les fonds de private equity tirent parti de la forte concurrence qui existe entre les différents prêteurs et réussissent souvent à négocier de très bons accords sur la dette mais les fournisseurs de crédit ont commencé à resserrer leurs conditions et, par conséquent, à transférer dans une certaine mesure le risque aux emprunteurs.

Le faible nombre de deals sur le marché allemand en comparaison des années 2017 et 2018 n’a pour l’essentiel pas eu d’impact sur les conditions contractuelles des opérations, mais le nombre reps and warranties a commencé à être de plus en plus important, les durées de garanties demeurant courtes et les baskets élevés tandis que les break-up fees sont rarement constatés. On observe par conséquent un marché encore relativement favorable aux vendeurs. Les assurances W&I qui sont déjà très courantes dans les transactions de private equity allemandes, avec des assureurs et des courtiers d’assurance très professionnels, devraient prendre une place de plus en plus grande.

Les investisseurs en private equity allemands et européens ne sont pas les seuls à s’intéresser au marché allemand. Les acteurs chinois ont joué un rôle très important après une amélioration significative du professionnalisme, de la structuration et de la gestion des transactions. À la suite du récent débat au niveau européen et de l’influence historiquement forte du Comité pour l’investissement étranger aux États-Unis (CFIUS), les responsables politiques allemands pourraient se concentrer, dans un proche avenir, sur l’augmentation des exigences en matière de contrôle des investissements étrangers afin de protéger les secteurs industriels critiques en Allemagne et créer des conditions équitables pour les investisseurs étrangers en Allemagne.


En savoir plus sur notre cabinet d'avocats :

  • Nos avocats ont été primés aux Plumes et Caméras de l’économie et du droit. Dans la catégorie “Enjeux internationaux et monde des affaires, presse professionnelle“, le prix d’argent a été attribué à notre article “Tour d’horizon du private equity en Europe : la France fait figure de bonne élève !“, écrit par Laurent Hepp et Arnaud Hugot et paru dans la Lettre des Fusions & Acquisitions le 26 mars 2018, en partenariat avec le magazine Option Finance.

Expertise : Private Equity

dossier private equity en europe 330x220

Dossier : le private equity en Europe

publication private equity 330x220

Private equity : toutes nos publications

Avocats

Tobias Schneider