Home / Publications / Earn-out : obstacle ou outil pour le retournement...

Earn-out : obstacle ou outil pour le retournement des entreprises ?

La clause d’earn-out, un instrument à manier avec précaution

17/10/2019

L'earn-out, s’il est soumis au droit commun des procédures collectives, pourrait également, avec un peu d’audace, être un outil de retournement des entreprises. A l’heure où la matière se réforme, la réflexion doit naître.

La procédure collective, fraude aux droits du créancier de l’earn-out ?

A la suite des arrêts « Cœur Défense », il semble vain pour le cédant de soutenir que la procédure collective du cessionnaire, même si l’earn-out constitue son principal passif, est ouverte en fraude de ses droits dans le seul but de faire échec au paiement, la jurisprudence ouvre toutefois au cédant une voie d’action contre les dirigeants du débiteur de l’earn-out. En effet, dès lors que ceux-ci seraient auteurs de fautes de gestion ayant contribué à l’insuffisance d’actif, la Cour de cassation semble assimiler la « faillite » du cessionnaire à une perte de chance pour le cédant de percevoir l’earn-out stipulé et reconnaît que le cédant souffre d’un préjudice propre distinct de celui subi par la masse des créanciers1.

Obstacle au retournement ?

Traitement amiable 

Mandat ad hoc et conciliation constituent des modes de traitement des difficultés efficaces et totalement assimilés par les acteurs économiques. Dans ce cadre, prévaut essentiellement la bonne volonté des participants : la solution du retournement passe par un accord entre les principaux partenaires du débiteur.

Lorsqu’une transmission de titres intervient par le truchement d’un véhicule dédié, celui-ci se trouve débiteur du complément de prix des titres de la société opérationnelle objet de l’opération de reprise. Les difficultés de cette dernière entraînent fréquemment des difficultés au niveau du véhicule de reprise qui porte alors le finance- ment de la reprise sans autres revenus que les dividendes de la filiale opérationnelle. Ainsi, un traitement des difficultés de la cible doit nécessairement inclure le traitement des difficultés de la holding. C’est là que le créancier d’earn-out peut jouer un rôle fondamentalement négatif s’il refuse de participer à la solution de retournement. Un tel comportement impose :

  • son désintéressement complet qui intervient au détriment des autres participants à la solution et notamment des partenaires bancaires ; ou
  • l’utilisation du mécanisme de l’article 1343-5 du Code civil, peu en rapport avec l’esprit de la procédure amiable ; ou
  • le recours à une procédure collective, éventuellement sous la forme d’un prépack. Dès lors qu’une solution amiable pouvait être trouvée, il est regrettable de se trouver confronté à une telle alternative. Peut-être la transposition de la directive apportera-t-elle une solution plus favorable en permettant un traitement amiable intégrant une proportion de fait majoritaire ?

Plan de cession

Un earn-out pourrait-il être inséré dans une offre de reprise ? Un tel mécanisme aurait pour avantage d’offrir une alternative à la diminution du prix offert au regard des risques identifiés par le candidat repreneur, une partie du prix pouvant être adaptée à la réalité et au succès de la reprise.

Bien que la pratique ne semble pas exister et que l’on puisse formuler les plus grandes réserves sur son accueil par les tribunaux, il ne semble pas que la loi s’y oppose. En effet, il est seulement disposé que le prix offert et les modalités de son paiement doivent être mentionnés dans l’offre2. Naturellement on arguera contre cette proposition iconoclaste qu’elle pourrait conduire à allonger les procédures. L’argument peut sembler sans portée tant la pratique atteste que des procédures liquidatives rapides relèvent de la chimère3.

Pourquoi ne pas faire confiance aux tribunaux et aux organes de procédure sur l’évaluation et la comparaison des offres dussent-elles inclure un earn-out ? Le repreneur est solide, son projet crédible, le mécanisme d’earn-out clairement énoncé : où est le réel obstacle ? 

flèche 30x30
Lire également : Les modalités optimales de l’earn-out

1 Cass Com 14 juin 2017, n° 15-26953

2 Art. L.642-2 II 3° du Code de commerce

3 F. Pérochon, Entreprises en difficulté 10e éd. n° 1327


A lire également

Dossier : "La clause d’earn-out, un instrument à manier avec précaution"

Cet article a été publié dans notre Lettre des fusions-acquisitions et du Private Equity d'octobre 2019. Cliquez ci-dessous pour découvrir les autres articles de cette lettre.

lettre des fusions acquisitions et private equity 800x300

Le Droit des sociétés au sein de notre cabinet d'avocats :

Notre cabinet d’avocats développe une pratique et expertise rare et innovante en matière de droit des sociétés. Nous sommes en mesure de traiter toutes questions complexes, en particulier les opérations de haut de bilan, réorganisations et restructurations, mécanismes d’intéressement des cadres et dirigeants, gouvernance des sociétés, droit boursier, etc.

cabinet avocats CMS en France

A propos de notre cabinet d'avocats

Expertise : Corporate/fusions & acquisitions

nous contacter 330x220

Nous contacter

Auteurs

Bouté Guillaume
Guillaume Bouté
Avocat
Paris
La photo de Romain Boyet
Romain Boyet
Counsel
Paris