Home / Publications / Lettre des baux commerciaux | Janvier 2019

Lettre des baux commerciaux | Janvier 2019

Découvrez la lettre des baux commerciaux de notre cabinet d'avocats

30/01/2019

Si pour certains la nouvelle année rime avec bonnes résolutions et changements radicaux, en ce qui concerne les baux commerciaux, la "continuité" semble être le maître mot.

Force est de constater que bon nombre d’arrêts rendus récemment par la 3e chambre civile de la Cour de cassation - et notamment ceux commentés dans la présente Lettre - s’inscrivent dans le prolongement direct de solutions antérieurement esquissées. Ainsi la Haute juridiction poursuit-elle dans le sens initié par une jurisprudence datant de 1997, selon laquelle à l’issue d’un bail dérogatoire, l’immatriculation au registre du commerce et des sociétés n’est pas requise pour revendiquer le bénéfice de l’application du statut. De même, la Cour confirme que le non-paiement de l’indemnité d’occupation ne constitue pas nécessairement une faute d’une gravité suffisante pour justifier la résiliation du bail commercial.

La loi n° 2018-1021 du 23 novembre 2018 portant évolution du logement, de l'aménagement et du numérique, dite "loi ELAN", ne concerne pas de façon significative les baux commerciaux (pour en savoir plus sur les apports de cette loi au droit immobilier, vous pouvez consulter notre guide sur les principaux apports de la loi ELAN). Pour autant, peut-on affirmer qu’il s’agit là du signe que le régime des baux commerciaux n’appellerait plus aucune correction ou commentaire ?

Rien n’est bien entendu moins sûr ; nous attendons tous avec impatience les nombreux éclairages et précisions qu’appellent bon nombre de dispositions de la "loi Pinel", dans la veine des arrêts rendus en 2018 à propos, par exemple, du droit de préemption du preneur à bail commercial statutaire, ou encore de la possibilité de répercuter comme charge locative la taxe d’enlèvement des ordures ménagères (voir sur ce point notre focus).


Focus

La taxe d’enlèvement des ordures ménagères n'est pas une charge afférente à l'immeuble imputable au preneur
La refacturation au preneur des charges et taxes, normalement imputables au bailleur, est un sujet sensible en matière de bail commercial. De longue date, la pratique consistait à prévoir des baux "nets de charges" pour le bailleur, avec des clauses très générales, et ce au détriment du preneur. 

Lire plus


Généralités


Exécution du bail


Loyer


Fin du bail


Contentieux


Perspectives


A lire sur le même thème :

lettre baux commerciaux octobre 2018

Auteurs

La photo de Aline Divo
Aline Divo
Associée
Paris
Pierre Popesco
Pierre Popesco
Associé
Paris
La photo de Philippe Riglet
Philippe Riglet
Associé
Paris
La photo de Jean Luc Tixier
Jean-Luc Tixier
Associé
Paris
La photo de Brigitte Gauclere
Brigitte Gauclère
Counsel
Paris
La photo de Sandra Kabla
Sandra Kabla
Counsel
Paris
Machinet Géraldine
Géraldine Machinet
Counsel
Paris
La photo de Simon Estival
Simon Estival
Avocat
Paris
Anne-Sophie Metiner
Avocat
Paris
Mélanie Pereira
Mélanie Pereira
Avocat
Paris
Laurent Toulze
Laurent Toulze
Avocat
Paris
La photo de Valverde Arnaud
Arnaud Valverde
Avocat
Paris
Laurent Chatel
Laurent Chatel
Associé
Paris
Hélène Chalmeton
Juriste - Knowledge Management
Paris
Afficher plus Afficher moins