Home / Publications / Repackager n'est pas jouer ou la commercialisation...

Repackager n'est pas jouer ou la commercialisation indirecte de fonds d'investissement par le biais d'EMTN

17/01/2012


Le tribunal de commerce de Paris vient de sanctionner, pour la première fois à notre connaissance, de nullité absolue la souscription par un investis eur français d'un certificat émis dans le cadre d'un programme EMTN (jugement du 20 octobre 2011). Bien qu'autorisé à la commercialisation en France, le certificat (le « Certificat ») offrait en effet, indirectement, une exposition avec levier intégré sur les performances d'un sous-jacent (un fonds d'investissement étranger ouvert) (le « Sous-jacent »), qui lui n'était pas autorisé à la commercialisation en France par l'Autoritédes marchés financiers.

De là à voir la reconnaissance du concept de commercialisation indirecte de produits financiers non autorisés à la commercialisation en France il n'y a qu'un pas. .. que nous saurons franchir !

En l'espèce, l'investisseur français demandait la nullité de la souscription du Certificat et la restitution des sommes investies au motif que la corrélation entre les caractéristiques du Certificat et celles du Sous-jacent était telle que la souscription du Certificat revenait in fine à souscrire directement aux parts/actions du Sous-jacent alors même que ce dernier n'était pas autorisé à la commercialisation.

L'investisseur arguait ainsi d'un contournement, à son détriment, des règles françaises en matière de commercialisation de fonds d'investissement étrangers ouverts. Le tribunal a accueilli sa demande, conformément à la doctrine de l'AMF en matière de commercialisation indirecte.

Le concept de commercialisation indirecte a été retenu par l'AMF pour prohiber la commercialisation de parts/actions d'OPCVM ou de FCPR contractuels intégralement investis dans un fonds d'investissement non autorisé à la commercialisation en France, dans la mesure où une telle structuration pouvait être analysée comme constituant un « acte de commercialisation indirecte » de ce fonds d'investissement. En effet, à l'exception des fonds d'investissements étrangers fermés pouvant faire l'objet d'un placement privé, la commercialisation des fonds d'investissement étrangers est soumise à l'agrément préalable de l'AMF, un agrément difficile à obtenir en attendant AIFM.

La décision du tribunal de commerce de Paris confirme ainsi l'analyse selon laquelle le concept de commercialisation indirecte de produits financiers non autorisés à la commercialisation n'est pas uniquement réservé aux cas particuliers des OPCVM et FCPR contractuels.

A ce titre, le Tribunal reconnaît que « la souscription du certificat (...) contournait l'interdiction de commercialisation » du Sous-jacent en France posée par les articles L.214-1 et D. 214-1 du CMF. Par ailleurs, si un doute subsistait quant à la nature juridique de ces dispositions, il est désormais dissipé, le tribunal qualifiant expressément les règles françaises de commercialisation des produits financiers « d'ordre public ».

La sanction d'une telle commercialisation a été sans surprise la nullité absolue de la souscription du Certificat... mais, pour des raisons de droit anglais, sans possibilité pour l'investisseur de récupérer les sommes investies ! De là à continuer de commercialiser des hedge funds repackagés...


Par Jérôme Sutour, avocat associé

Analyse juridique parue dans la revue Option Finance du 16 janvier 2012

Auteurs

Portrait of Jérôme Sutour
Jérôme Sutour
Associé
Paris