Home / Publications / Lettre des affaires commerciales | Mars 2019

Lettre des affaires commerciales | Mars 2019

Actualité du droit commercial

28/03/2019

Edito

Les différents régimes de responsabilité appelés à jouer en matière de produits sont connus de longue date. Issus du droit européen pour partie, ils sont irrigués par un principe : le spécial l’emporte sur le général. Cela signifie que les règles spéciales - plus protectrices de l’acheteur ou de l’utilisateur que les règles de droit commun de la responsabilité - s’appliquent exclusivement dans un cadre précis aux contours strictement appréciés.

Malgré ce cadre établi, ces régimes soulèvent encore des questions. Ainsi, la Cour de cassation a récemment jugé que la convention de Vienne ne s’appliquait qu’aux relations entre un vendeur et un acheteur. Elle ne saurait donc être invoquée par le sous-acquéreur.

Mais les juges font une interprétation raisonnée des cas où le régime spécial s’applique. Ainsi, la Cour de cassation vient de considérer que la responsabilité des produits défectueux ne bénéficie pas uniquement aux consommateurs, mais s’applique aussi aux biens à usage professionnel (voir notre focus).

A l’inverse, le régime de responsabilité du transporteur en cas d’avarie sur la marchandise, soumis à des délais courts et à un formalisme strict, trouve, selon la Haute juridiction, à s’appliquer assez largement.

En matière commerciale, les régimes spéciaux de responsabilité prennent-ils le pas sur les principes généraux ?

L'avenir dira si la jurisprudence récente est un épiphénomène ou une tendance de fond.

L’équipe de la lettre des affaires commerciales

Découvrez ci-dessous les articles de notre Lettre des Affaires Commerciales de Mars 2019 :

Focus
Responsabilité du fait des produits défectueux : principes et actualités
Le régime de responsabilité des produits défectueux est encadré par le droit européen depuis 1985. Il est transposé en droit français depuis 1998. Si sa logique est claire, il pose néanmoins, encore aujourd’hui, de nombreuses questions sur lesquelles il est utile de revenir.
Cass. 1re civ., 14 novembre 2018, n° 17-23.668

fond de commerce lettre des affaires commerciales 330x220

Nullité du contrat de franchise pour défaut de cause : l'hypothèse de l'absence de marques et de savoir faire spécifique
La cour d’appel de Paris vient de se prononcer une nouvelle fois, de manière très didactique, sur la nullité d’un contrat de franchise pour défaut de cause (CA Paris, 9 janvier 2019, n° 16/214225). 
CA Paris, Pôle 5, chambre 4, 9 Janvier 2019, n° 16/21425

relations commerciales lettre des affaires commerciales 330x220

Clause pénale et clause de dédit : une distinction opérée selon la fonction de la clause
La clause qui contraint une partie à exécuter le contrat jusqu’à son terme et fixe de manière forfaitaire le préjudice subi par l’autre partie s’analyse en une clause pénale et non en une clause de dédit.
Cass. com., 5 décembre 2018, n° 17-22.346

ventes lettre des affaires commerciales 330x220

Rappel des conditions d'application de la convention de Vienne. Le cas d'une chaîne internationale de contrats de vente
Lorsque la convention de Vienne s'applique à un contrat de vente internationale, bénéficie-t-elle aussi au sous-acquéreur ? La Cour de cassation vient de confirmer que tel n'est pas le cas.
Cass. 1e civ., 3 octobre 2018, n° 17-10.090 

Action de garanties des vices cachés : dans quel délai agir ?
Le Code civil a défini clairement le délai pour agir en matière de garantie des vices cachés sans en fixer la date butoir. La Cour de cassation vient de la définir.

agent commercial lettre des affaires commerciales 330x220

Dénigrement fautif : le cas de la communication d'éléments concernant une action judiciaire en cours
Peut-on communiquer sans risque sur le lancement d'une assignation en justice à l'encontre d'un concurrent, même indirect ? Réponse négative pour la Cour de cassation.
Com. 9 janv. 2019, FS-P+B, n° 17-18.350 

Avarie ou perte partielle : responsabilité du transporteur et forclusion de l’action
L’action en responsabilité du transporteur en cas de perte partielle ou d’avarie est très encadrée : elle ne peut être engagée que si le destinataire a émis une « protestation motivée » sous trois jours. Dès lors, définir précisément la notion d’avarie est indispensable, ce à quoi s’est attelée la cour d’appel de Paris. 
CA Paris, 29 novembre 2018, n° 17/08839
Lien vers l'article

 


En savoir plus sur notre cabinet d'avocats :

Notre cabinet d'avocats est l’un des principaux cabinets d’avocats d’affaires internationaux. Notre enracinement local, notre positionnement unique et notre expertise reconnue nous permettent de fournir des solutions innovantes et à haute valeur ajoutée dans tous les domaines du droit.

cabinet avocats CMS en France

A propos de notre cabinet d'avocats

Expertise : Droit commercial

Lettre affaires commerciales | Décembre 2018

Auteurs

Benezeth Benjamin
Benjamin Benezeth
Juriste
Paris
Mathilde Biermann
Mathilde Biermann
Avocat
Paris
La photo de Aliénor Fèvre
Aliénor Fevre
Avocat
Paris
Elisabeth Flaicher-Maneval
Elisabeth Flaicher-Maneval
Counsel
Paris
La photo de Brigitte Gauclere
Brigitte Gauclère
Counsel
Paris
Anne-Sophie Metiner
Avocat
Paris
La photo de Francine Van Doorne
Francine Van Doorne-Isnel
Counsel
Paris
Afficher plus Afficher moins