Home / Publications / Quels droits à déduction de la TVA pour vos opérations...

Quels droits à déduction de la TVA pour vos opérations immobilières ?

Rappel du mécanisme et des conditions

24/06/2020

La déduction de la TVA est d’autant plus importante dans le cadre des activités immobilières que les enjeux financiers sont souvent très significatifs et que les cycles de production sont longs, impliquant des phases de dépenses décalées de celles des recettes et conduisant donc à générer des crédits de TVA.

Définir les droits à déduction dont dispose l’opérateur permet de déterminer si le budget de l’opération doit être établi sur une base TTC ou HT. Même dans ce dernier cas, la prise en compte des périodes de crédits de TVA est importante pour apprécier les effets de trésorerie.

Nos équipes maîtrisent parfaitement ces enjeux et accompagnent de nombreux acteurs du secteur immobilier dans l’optimisation de leur situation.

Nous présentons les situations les plus fréquentes, après avoir rappelé les principes qui régissent l’exercice du droit à déduction en matière de TVA.

Le droit à déduction : un mécanisme simple dans son principe

La condition de fond : l’affectation de la dépense à une activité taxable

Le principe du droit à déduction de la TVA est simple : la TVA grevant une dépense est déductible si cette dépense concourt à la réalisation d’une opération taxable.

Lorsque toutes les opérations sont taxables, les dépenses y afférentes ouvrent entièrement droit à déduction.

A l’inverse, lorsque les opérations ne sont pas taxables, elles n’ouvrent en principe aucun droit à déduction.

Dans la situation où sont réalisées certaines opérations taxables et d’autres non, la TVA d’amont est déductible dans la proportion de l’utilisation de la dépense à la réalisation de chaque type d’opération. La TVA grevant la dépense est alors déductible à hauteur d’un “coefficient de déduction”, correspondant au produit de trois coefficients :

  • Le coefficient d’assujettissement, qui traduit l’utilisation des dépenses à la réalisation des opérations assujetties à la TVA (effectivement taxables ou exonérées) ;
  • Le coefficient de taxation, qui mesure l’utilisation des dépenses à la réalisation d’opérations taxables ou exonérées ;
  • Le coefficient d’admission, qui est en principe de 100 %, sauf lorsqu’une exclusion du droit à déduction est spécifiquement prévue par la loi.

Les autres conditions d’exercice du droit à déduction

L’assujetti doit en outre justifier de la dépense par la détention d’une facture. Cette obligation ne pose pas de difficulté pour les acquisitions puisque l’acte notarié vaut facture, mais peut en poser pour les autres dépenses telles que celles de travaux.

La TVA devient déductible au même moment qu’elle est exigible chez le fournisseur du bien ou du service. Ainsi, pour les livraisons de biens, la TVA peut être déduite à partir du moment où le bien est livré au client. Pour les prestations de services, la TVA peut être déduite à la date du paiement du service sauf à ce que le prestataire ait opté pour les débits auquel cas c’est la date de la facture qui est retenue.

Le droit à déduction comporte enfin une date de péremption : la TVA doit être déduite dans une déclaration de chiffre d’affaires déposée au plus tard le 31 décembre de la seconde année qui suit la naissance du droit à déduction.

Application pratique aux opérations immobilières

L‘immobilier d’entreprise

infographie TVA immobilière droits à déduction immobilier d'entreprise

Les droits à déduction dépendent directement du régime de TVA de l’activité à laquelle l’immeuble est affecté.

Si cette activité est intégralement taxable, le droit à déduction est de 100 %. Au contraire, si l’activité est exonérée, aucun droit à déduction n’est reconnu1. Si l’activité est mixte (pour partie taxable et pour partie exonérée), la TVA est déduite en application d’un prorata qui correspond le plus souvent à un ratio de chiffre d’affaires2.

Dans tous les cas où l’exercice du droit à déduction place l’opérateur dans une situation de crédit de TVA, nos avocats l’accompagnent pour limiter le temps nécessaire à l’obtention de son remboursement et donc le portage financier.

L’étendue des droits à déduction est appréciée dès la réalisation de la dépense, mais elle peut faire l’objet d’ajustements ultérieurs (reversement ou complément de droit à déduction) pendant une durée de 20 ans. Ainsi, un opérateur qui achète un immeuble neuf auprès d’un promoteur, pour les besoins de son activité taxable, peut déduire immédiatement la TVA grevant son acquisition. Cependant, s’il vend l’immeuble dans les 20 ans sans que cette cession soit soumise à la TVA, il doit reverser au Trésor une fraction de la TVA antérieurement déduite (on parle alors de régularisation).

Hors application du régime spécial de l’article 257 bis du CGI, il est rare qu’une vente d’immeuble ne suscite pas de réflexion sur les régularisations de la TVA antérieurement déduite. 

Nos équipes vous accompagnent pour anticiper l’application de ces règles et éviter que ces régularisations ne deviennent un coût, voire pour vous permettre une récupération complémentaire.

L’immobilier locatif

infographie TVA immobilière droits à déduction immobilier locatif

Les droits à déduction dont dispose un tel opérateur sur l’acquisition de l’immeuble dépendent du régime de TVA de l’activité locative envisagée (lire également Les régimes de TVA applicables aux locations immobilières et Le régime TVA de la para-hôtellerie).

Ainsi, la location de locaux à usage d’habitation exonérée de TVA, n'ouvre aucun droit à déduction3. A l’extrême inverse, les locations soumises à la TVA de plein droit ouvrent un droit à déduction intégral et immédiat. Dans l’hypothèse de la réalisation d’une activité locative pour partie taxable et pour partie exonérée, la TVA ayant grevé l’acquisition de l’immeuble n’est que partiellement récupérable4 en application d’un prorata qu’il convient de déterminer.

Nos équipes interviennent, notamment, pour calculer de manière optimale ce prorata et pour assister l’opérateur dans la gestion de sa demande de remboursement.

Comme pour l’immobilier d’entreprise (voir ci-dessus), l’étendue des droits à déduction peut faire l’objet d’ajustements pendant une période de 20 ans en cas de cession de l’immeuble, de cessation d’activité ou encore de variation du prorata. Dans l’hypothèse de la cession de l’actif donné en location soumise à la TVA, il conviendra toutefois de vérifier si les conditions d’application de l’article 257 bis du CGI sont réunies pour en tirer toutes les conséquences.

La promotion

infographie TVA immobilière droits à déduction construction vente

La vente d’un immeuble neuf par un assujetti qu’il résulte d’une construction nouvelle ou de la rénovation lourde d’un immeuble ancien, est toujours soumise à la TVA. Le promoteur dispose donc d’un droit à déduction intégral de la TVA grevant les dépenses engagées pour la réalisation de son activité.

Cette taxation s’opérant de plein droit, le droit à déduction s’exerce au fur et à mesure de l’engagement des dépenses, sans portage financier à anticiper autre que le délai que peut nécessiter l’obtention de remboursements de crédits de TVA.

Toutefois, certaines circonstances peuvent conduire à remettre en cause tout ou partie des droits à déduction exercés : la cession non soumise à la TVA de l’immeuble au-delà du délai de 5 ans pendant lequel il est neuf ou sa location prolongée exonérée de TVA dans l’attente de sa vente.

L’achat-revente

infographie TVA immobilière droits à déduction rachat revente

Lorsque l’actif immobilier acquis est un immeuble dont la revente est soumise de plein droit à la TVA (un immeuble neuf ou un terrain à bâtir), le marchand de biens peut déduire immédiatement la TVA grevant son acquisition.

Lorsque l’actif immobilier est un immeuble ancien la situation est plus complexe. En effet, la cession d’un tel immeuble est exonérée de TVA, taxable sur option du vendeur formulée dans l’acte de vente. La TVA n’est donc déductible qu’à la date de la revente sous condition d’option et ces opérations impliquent donc de longues périodes de portage financier de la TVA.

Nos équipes accompagnent les marchands de biens pour sécuriser l’exercice de leur droit à déduction même plusieurs années après l’acquisition.

Soulignons enfin que la location prolongée de l’actif dans l’attente de sa revente peut avoir pour conséquence, une déductibilité plus rapide ou au contraire, une perte de déduction selon la situation. Ces conséquences doivent être anticipées avec attention.

Nos équipes de spécialistes maîtrisent parfaitement l’ensemble de ces règles et vous accompagnent dans l’optimisation de vos droits à déduction. N’hésitez pas à nous contacter.


 1 Dans cette hypothèse, si l’opérateur procède à la construction de l’immeuble (ou réalise des travaux sur un immeuble existant), l’achèvement de celui-ci rend exigible la taxation à la TVA d’une livraison à soi-même. L’opérateur dispose donc dans un premier temps d’un droit à déduction justifié par l’opération taxable que constitue la livraison à soi-même. C’est sur la TVA collectée à cette occasion que s’applique les règles décrites. 
 2,3 et 4 Voir n°1.


Sur le même sujet

Dossier spécial sur la réforme de la TVA immobilière

tva immobilière 220x220

A l'occasion des 10 ans de la réforme sur la TVA immobilière, notre cabinet d'avocats revient sur les points principaux de cette réforme. Découvrez nos analyses :


TVA immobilière : découvrez notre équipe d'avocats spécialistes

Nous intervenons pour sécuriser le régime fiscal de vos opérations immobilières et pour définir les avantages et les risques induits par l’exercice d’options pour la taxation à la TVA ou les souscriptions d’engagements de construire ou de revendre en matière de droits de mutation. Découvrez notre équipe d'avocats fiscalistes spécialistes de TVA immobilière en cliquant ci-dessous.

TVA immobilière 800x300

En savoir plus sur notre cabinet d’avocats :

Notre cabinet d'avocats est l’un des principaux cabinets d’avocats d’affaires internationaux. Son enracinement local, son positionnement unique et son expertise reconnue lui permettent de fournir des solutions innovantes et à haute valeur ajoutée dans tous les domaines du droit.

cabinet avocats CMS en France

A propos de notre cabinet d'avocats

actualité fiscale 330x220

Toute l'actualité du droit fiscal

nous contacter 330x220

Nous contacter

Auteurs

Gaëtan Berger-Picq
Gaëtan Berger-Picq
Associé
Paris
Danis Patrick
Patrick Danis
Associé
Paris
La photo de Philippe Tournes
Philippe Tournès
Associé
Paris
Christophe Aldebert
Christophe Aldebert
Associé
Paris
Anne Grousset
Anne Grousset
Associée
Paris
La photo de Henri Bitar
Henri Bitar
Associé
Paris
Frédéric Bertacchi
Associé
Paris
La photo de Amelie Retureau
Amélie Retureau
Counsel
Paris
La photo de Muriel Lautre Goasguen
Muriel Lautré-Goasguen
Counsel
Paris
La photo de Corinne Reinbold
Corinne Reinbold
Counsel
Paris
Picture of Armelle Abadie
Armelle Abadie
Counsel
Paris
L'Herminé Alexandra
Alexandra L'herminé
Avocat
Paris
Brin-Helene
Hélène Brin
Avocat
Paris
La photo de Marie-Odile Duparc
Marie-Odile Duparc
Counsel
Paris
Mathieu Fermine
Avocat Senior
Paris
Afficher plus Afficher moins